ALGERIEPART avait révélé il y a quelques semaines les pratiques de gestion entachées d’irrégularités qui prévalent au sein du Fonds National d’Investissements (FNI).

 

Notre publication a suscité beaucoup de remous au sein de ce fonds et les langues commencent à se délier. Différentes sources interne et externes à cette institution nous ont fait part des conséquences de nos divulgations et ont apporté de nouveaux éclaircissements plus détaillés.

 

Afin de calmer la désillusion des employés du FNI ou leur légitime colère, contenue depuis de trop nombreuses années, une réunion d’urgence a été organisée par la Direction Générale avec le Syndicat pour prévenir tous débordements.

 

De cette réunion un consensus s’est dégagé dans l’urgence et des décisions surprenantes ont été adoptées. Certes, le syndicat a été élargi, et Mr EZRAYMI s’est bien vu dessaisi de son portefeuille du COS malgré l’insistance du fédéral Mr ZOUBIRI, mais il n’en pouvait être autrement suite à notre article ayant fait ressortir l’illégalité du Bureau Exécutif et les prises illégales d’intérêts dans l’octroi de postes à des proches parents…

 

Le nouveau syndicat, mû à travers certains de ses membres par un besoin de changement a tenté de se réunir mais s’est heurté à des résistances internes de la part de Directeurs inquiets de leur avenir et soucieux de perpétuer leur privilèges.

Mr HADJELA, de la Direction des Etudes et du Développement (DED), a d’abord eu une altercation verbale avec certains représentants du Syndicat, puis le 08/12/2017, c’est un affrontement frontal entre Messieurs ABIDINE, le secrétaire général âgé de 71 ans, et HADDAD DG du FNI, qui avec l’aide d’agents de sécurité, agressent physiquement les syndicalistes, scène qui sera filmée par Mr HADDADOU le Président de l’ATE.

 

La réunion n’a pu avoir lieu puisque le réseau électrique a été coupé et les locaux interdits d’accès, ce qui constitue bien évidemment une entrave au droit syndical. C’est le fils même de Mr HADDAD, dans un véhicule de services avec chauffeur appartenant au FNI alors qu’il est employé de la banque centrale, qui vient demander des excuses au syndicat quelques jours plus tard…

 

‘’Au lieu d’éliminer les véritables points négatifs liés à la gestion catastrophique de cette institution, les responsables du FNI, à leur tête Mr HADDAD et Mr ABIDINE, ont préféré négocier un jeu d’alliances avec le syndicat, en reproduisant à nouveau les mêmes réflexes qu’on leur connait : le népotisme et la fuite en avant.’’ Nous affirme une source contactée.

 

Au niveau de la Direction du Crédit (DCRE) et à la Direction du Personnel et des Moyens (DPM), des cadres de valeurs ont été remplacés par un réseau de ‘’personnel plus fiable’’, sans oublier d’intégrer des proches du syndicat comme récompense à leurs loyaux services, ces derniers n’hésitant pas à agiter le spectre de la diffusion du film de l’altercation pour obtenir plus de privilèges.

 

La compétence n’a jamais été le premier critère de recrutement au FNI, c’est d’ailleurs pour cela que peu de personnes au sein de la Direction des Etudes et du Développement (DED) n’ont le profil, ou sont autorisés à auditer et intervenir sur les comptes de DJEZZY ou ceux d’AXA

 

Comme bien souvent, des compétences sont ainsi, soit marginalisées, soit poussées sans ménagement vers la sortie. Mr HAMEL, ex cadre du FNI, nous a contactés à la suite de notre article pour nous faire part de sa radiation rocambolesque et la tentative d’expulsion musclée, décidée par l’actuel secrétaire général.

 

Le poste de Mr HAMEL au niveau de la Direction du Crédit intéressait les responsables pour y placer un de leurs proches, aussi n’ont-ils pas, hésité à l’y soustraire par une mutation, en foulant du pied le règlement intérieur, comme il le détaille dans son rapport transmis au Ministre des Finances et resté sans suite…

 

Mr HAMEL suite à une altercation avec le septuagénaire Mr ABIDINE a été sanctionné selon la décision N° 178, que nous mettons à votre disposition, sans prendre en compte le règlement intérieur qui prévoit un rapport émanant des deux parties et une éventuelle audition des parties.

Une autre décision portant N°249, que vous pouvez consulter, est émise quelques jours plus tard, Mr HAMEL refuse la mutation imposée pour raison disciplinaire.

Le règlement intérieur dans son article 25 alinéa 19 sanctionne le refus de mutation pour raisons de services et n’évoque pas la mutation pour raison disciplinaire…

 

Se rendant compte que la raison de mutation invoquée n’est pas réglementaire, il est vite procédé à sa transformation en raison de services dans la mise en demeure envoyée par huissier alors que Mr HAMEL était présent sur son lieu de travail….

 

Le refus de la mutation est dès lors exploité par Mr HADDAD et Mme MOUCERDirectrice du Personnel, comme un abandon de poste.

 

Après s’être assuré que Mr HAMEL n’avait aucun lien de parenté avec le Directeur Général de la Sureté National, les responsables au niveau de cette structure publique, arrivent à évincer une personne avec 21 ans de service, sans aucun ménagement uniquement pour servir leurs propres intérêts…

 

Une procédure judiciaire a été engagée par Mr HAMEL et nous reviendrons sur ses péripéties dans nos prochaines éditions.

Le Fonds National d’Investissements continue d’être géré comme s’il s’agissait d’une affaire privée. Pour preuve Mr ABIDINE qui a plus de 71 ans continue à mettre sous pression des cadres, pour l’exploitation de crédits de manière illégale qui engagent la responsabilité pénale des Directeurs Régionaux.

 

Mme LAHAM Samia, une autre compétence poussée à la démission pour ne plus subir les humiliations de Mr EZRAYMI du syndicat. Nous nous demandons si la mission du FNI, qui est le financement de l’économie nationale, peut être dévolue à une équipe dont la simple gestion interne est déjà préoccupante.

 

L’opacité des comptes et un site internet, aussi moribond qu’incomplet, géré par Mr Kamel MAHFOUDHI en sa qualité de Directeur Organisation et Informatique (DOI), ne peut être l’outil moderne et transparent sur lequel doit reposer la politique d’un fonds d’investissement.

 

Ces cris d’appels émanant des employés du FNI continueront-ils à être ignorés par Mr RAOUYA, le Ministre des Finances ? Va-t-on laisser les employés du FNI subir l’arbitraire de la part de personnes incompétentes et qui privilégient leurs seuls intérêts au détriment de celui de la banque publique ?

 

Comment peut-on accepter que le fils de Mr Ahcène HADDAD puisse utiliser les ressources et moyens du FNI et prétendre représenter le Directeur Général vis-à-vis du syndicat ou des employés ? Ce qui est certain, est que les employés ne veulent désormais plus se taire.