Les Algériens ont une perception très spéciale de l’utilisation de l’internet. Une étude approfondie réalisée par un observatoire internationale nous révèle des informations précieuses sur les raisons et les motifs qui poussent les algériens à utiliser internet.

Cette étude a été réalisée par ConsumerLab d’Ericsson, un géant mondial des télécommunications. Elle porte sur les usagers des nouvelles technologies en Algérie. Elle s’est intéressée tout particulièrement aux diverses usages de la 3 G dans notre pays.

Selon l’étude, il y a  quatre grands groupes d’utilisateurs de la 3G à savoir les power users, les medium users, les light users et les non-users.

les power users, (représentant 11% de la population sondée dont l’âge varie entre 15 et 29 ans), estiment important d’accéder à Internet où qu’ils soient ayant ainsi accès à l’apprentissage et aux opportunités d’emploi. Ils y voient aussi le meilleur moyen d’être en contact avec leurs proches, ajoute cette source.

 Les medium users (17% de la population sondée) forment, quant à eux, une catégorie à majorité féminine dont l’âge varie entre 20 et 39 ans, note l’étude, ajoutant que cette frange d’utilisateurs estime que l’Internet favorise l’apprentissage et donne des opportunités d’emploi.

Selon l’étude, ces utilisateurs ont une perception plutôt négative de l’usage d’Internet qui conduit, selon eux, “à une dépendance et affecte les relations”. Les light users (44%) représentent la plus importante catégorie des utilisateurs d’Internet (hommes et étudiants pour la plus part) avec un âge moyen entre 15-19 ans et 30-34 ans, selon l’étude, qui explique que pour ce groupe l’internet permet de rester en contact avec les amis et proches.

Les non-users (28%) sont essentiellement les personnes actives dont l’âge moyen est compris entre 35-59 ans et à majorité féminine, relève ConsumerLab, pour qui ce faible taux d’utilisation de la 3G  est due essentiellement à des considérations culturelles qui influencent leur perception .

Ils estiment d’ailleurs que seuls certains membres de leur famille devraient accéder à internet, indique l’étude, ajoutant que la plupart des utilisateurs de la 3G de cette catéGorie possède des téléphones mobiles basiques et disposent de moins d’ordinateurs portables et de connexion  Wi-Fi par rapport à la moyenne des personnes sondées.

ConsumerLab note enfin que l’étude du comportement des consommateurs  en fonction de leur âge, profil social et genre, fait ressortir “une nette augmentation des détenteurs de smartphones qui sont passés de 27% en 2014 à 68% en 2016”, ajoutant que la disponibilité des tablettes dans un ménage est passée “de 21% à 58%, celle d’une ligne fixe de 53% à 64% alors que celle des ordinateurs de bureau ou portables reste presque au même niveau à 79% contre 78%”.