Les autorités algériennes ont refusé de céder face à la pression de la rue. Elles disent toujours non à des marches dans les rues d’Alger. Elles autorisent uniquement un rassemblement de solidarité avec la cause palestinienne samedi prochain à Alger.  Et ce rassemblement devra se tenir seulement au niveau de la salle de la Coupole du complexe sportif Mohamed Boudiaf à Alger. La Coupole sera mise à la disposition des associations, partis politiques, et citoyens désirant y tenir une action de protestation contre la décision des Etats Unis de considérer El Qods comme capitale de l’occupant israélien. 

C’est les services du Premier-ministre qui viennent de confirmer cette information dans un communiqué rendu public mardi.  “A l’effet de permettre à la population de la capitale de s’exprimer sur cette question dans le respect de la réglementation interdisant les marches à travers Alger pour des raisons de sécurité, la salle de la Couple du complexe sportif Mohamed Boudiaf sera mise, le samedi 16 décembre 2017 dans la matinée, à la disposition des associations, partis politiques et citoyens désirant y tenir un rassemblement de solidarité avec la cause palestinienne”, précise ce communiqué.

Et selon la même source, les Algériens auront, en revanche, le droit de manifester dans les rues dans les autres wilayas du pays.  “En parallèle, les autres wilayas répondront favorablement à toute demande locale de tenir, le samedi 16 décembre 2017, d’autres rassemblements de soutien à la cause du peuple palestinien frère”, explique enfin le département dirigé par Ahmed Ouyahia.

La semaine passée, après la prière du vendredi, des manifestants ont tenté de marcher dans les rues de la capitale Alger pour exprimer leur colère contre le dérapage du Président américain Donald Trump. Ils ont été repoussés et réprimés par les services de sécurité.