L’homme est habituellement très calme et réservé. Mais Rabah Saâdane, l’une des gloires du football algérien, a changé. Une fois n’est pas coutume, l’invité de l’émission Football Magazine sur la radio nationale Chaîne III s’est lâché au point de susciter des interrogations. 

Rabah Saâdanie n’a, d’abord, pas épargné Mohamed Raouraoua, l’ancien Président de la fédération algérienne de football (FAF). D’après Saâdanie, Raouraoua fait partie de ces gens “qui se mêlaient de tout et qui croyaient que le football leur appartient”. La critique est sévère.

“On avait un public derrière nous, mais l’instabilité au niveau du staff technique nous a été fatale, les nombreux changements nous ont joué un sale coup, par exemple, si Gourcuff avait été maintenu comme entraîneur, je peux vous assurer qu’on aurait pu atteindre le dernier carré à la CAN et nous serions partis au Mondial, mais malheureusement, il y avait des gens qui se mêlaient de tout et qui croyaient que le football leur appartient, cette sélection était déjà à 50% du chantier en 2010, elle s’est ensuite redressée avant de basculer vers le négatif”, a expliqué ainsi l’ancien coach des Verts devenu aujourd’hui Directeur Technique National (DTN) de la FAF.

Rabah Saâdane s’en est pris, par la suite, aux autorités marocaines contre lesquelles il lance de graves accusations. “Vous savez, il y a des gens qui ont annulé la Coupe d’Afrique au Maroc en 2015 parce qu’ils avaient peur de l’Algérie. On était devenus une équipe très performante très redoutée en Afrique et dans le monde”, a-t-il fait savoir. Il faut certainement s’attendre à ce que ces déclarations suscitent une vive polémique.