Déstabilisée par la crise financière et les soubresauts du marché mondial des hydrocarbures, l’Algérie cherche de nouveaux débouchés. Et l’Égypte, ce grand pays de l’Afrique du Nord et du monde arabe, peut fournir à l’Algérie de précieuses opportunités de Business. 

Au Koweït, le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, s’est entretenu dimanche avec son homologue égyptien Tarek El-Molla en présence du P-dg du groupe Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour.

Les deux parties ont ainsi discuté de la relance des projets de commercialisation du GPL algérien au profit de l’Egypte pour atteindre un volume d’exportation de 500.000 tonnes/an, ainsi que de l’approvisionnement en Gaz naturel liquéfié (GNL) qui sera fourni à ce pays en fonction de ses  besoins et de ses commandes, a révélé à ce sujet le communiqué du ministère de l’Energie.

Il faut savoir que le gaz est au coeur des discussions politiques entre l’Egypte et l’Algérie. En 2010, lors de la brouille entre les deux pays à cause du match de qualification pour la Coupe du Monde organisée en Afrique du Sud, les autorités égyptiennes avaient accusé leurs homologues algériennes d’avoir stoppé son approvisionnement en gaz pour des factures précédentes du gaz qui n’ont pas été honorées. En juillet 2013, l’Algérie s’est engagée en juillet dernier à approvisionner l’Egypte en gaz naturel. Mais depuis cette date-là, les autorités égyptiennes et algériennes n’ont pas communiqué sur ce projet.