Les salaires en Algérie ne sont pas élevés. Pis encore, les salaires sont même très bas par rapport à la cherté de la vie et l’inflation galopante. Il faut savoir que le salaire net moyen en 2016 s’est élevé à 39900 DA. Il est de 55 700 DA dans le public contre 32 600 DA dans le privé. Ces chiffres ont été établis suite à une enquête approfondie menée par les équipes de l’Office National des Statistiques (ONS). 

Algériepart s’est procuré une copie intégrale de cette enquête. Il s’agit de la recherche la plus récente sur l’état des salaires des Algériens. Réalisée en mai 2016, cette enquête a pour but d’évaluer le niveau des salaires nets mensuels versés au personnel permanent et non permanent ainsi que la structure du salaire brut (salaire de base et primes indemnités) par secteur d’activité et selon les trois niveaux de qualification des salariés (cadres – agent de maitrise – personnel d’exécution) pour les secteurs juridiques : public national et privé national.

Cette enquête a démontré que, par secteur d’activité, les salaires nets moyens mensuels sont plus élevés dans le secteur des industries extractives (production et services d’hydrocarbures, mines-carrières) et les activités financières (banques & assurances) avec respectivement 102 000 DA et 59 700 DA, soit 2,6 et 1,5 fois le salaire net moyen global. L’ONS explique ces résultats par fait que les “entreprises faisant partie de ces secteurs emploient beaucoup de diplômés et qu’ils aient plus de facilité que d’autres pour payer leur personnel (un système de rémunération spécifique)”.

A l’opposé, les secteurs de la “construction”, de “l’immobilier et services aux entreprises ”
enregistrent les salaires moyens les plus faibles avec respectivement 30 400 DA et 32 900 DA, soit 76% et 82% du salaire net global. “Ceci est lié au fait que le personnel de ces entreprises est en majorité composé d’agent d’exécution, ce qui tire vers le bas le salaire moyen de ces secteurs”, décrypte à ce sujet l’ONS.

Et si on planche sur le niveau de qualification, ce sont les cadres qui obtiennent le salaire moyen le plus élevé dans notre pays avec pas moins de 77 500 DA contre 47 000 DA pour le Personnel de maîtrise et 28 600 DA pour un salarié d’exécution.

Cette enquête a révélé également que les entreprises du secteur public affichent des salaires moyens élevés par rapport au secteur privé national. Ce salaire net moyen mensuel est de 55 700 DA dans le secteur public alors qu’il n’est que de 32 600 DA dans le secteur privé national soit une différence de salaire de 23 100 DA.

“Ce niveau relativement élevé du salaire dans le public est dû en partie à l’existence de
certaines entreprises publiques importantes en termes d’effectifs avec un système de
rémunération avantageux”, analyse à ce propos l’ONS.

En revanche, dans le secteur privé, le salaire net moyen mensuel de l’ensemble des salariés du secteur est de 32 600 DA. Les secteurs les mieux rémunérateurs dans le privé sont le secteur financier et celui de la santé; les salaires mensuels nets moyens dans ces deux secteurs sont respectivement de 74 300 DA et 44 000 DA, soit le double et 1,3 fois le salaire net moyen global dans le privé national.

Par contre, les salariés des industries extractives (mines & carrières) et de l’immobilier
et services aux entreprises sont les moins payés, avec respectivement des salaires mensuels moyens de 26 000 DA et 27 800 DA, soit 80% et 85% seulement du salaire mensuel net moyen global dans le privé.

Notons enfin que pour les deux secteurs public et privé, le salaire de base représente en
moyenne 58% et les primes et indemnités 42% de la rémunération brute totale. Par qualification, la part du salaire de base dans le salaire brut est de : 59% pour les
cadres et le personnel d’exécution, 57% pour les agents de maîtrise.

En revanche, dans le secteur public, le salaire de base représente 50% du salaire brut. Pour certaines sections, la part du salaire de base est plus importante telle que l’activité financière et la construction, soit 56% et 53%. Dans le secteur privé, le salaire de base représente 62% du salaire brut. Signalons en dernier lieu que la part du salaire de base est plus importante dans les sections hôtels et restaurants et les activités financières avec respectivement 93% et 76%.