Djezzy est encore une fois en proie à des remous internes qui dénotent le malaise profond et continu de ses employés. Des copies d’Emails présumés envoyés entre le Directeur Général de Djezzy Mathieu Galvani et Alexis de Peretti, le directeur général Adjoint en charge de la stratégie circulent sur internet.

Ces emails contenant des propos outrageux pour le personnel algérien de Djezzy sont insupportables. En effet, les échanges entre les deux responsables étrangers évoquent des employés de l’entreprise en les traitants “d’indigènes et de bounioul”.

Plus grave encore, un des responsable a écrit ‘’ 60 ans après on continue à les dresser ; sans nous ils ne valent rien’’ selon ces emails. Mais selon nos investigations, il s’agit d’un Fake news qui cache, en réalité, un autre malaise au sein de Djezzy.

En interne, nos sources nous informent que ces dernières révélations, vraies ou fausses, viennent saper le moral des employés qui était déjà au plus bas. Le contrat de sous-traitance de l’activité informatique, impliquant le transfert du personnel à ERICSSON est un sujet très délicat et il impliquerait une facture d’un Milliard de dinars sur cinq années selon nos sources. Vider Djezzy de ses compétences, et sans visibilité pour eux sur la préservation de leur droits et avenir dans une nouvelle structure est, on ne peut plus angoissant.

D’autre part, les chiffres d’OTA qui ne cessent de se dégrader, comme Algeriepart l’a récemment publié, ont privés les employés de leur bonus mais n’ont pas empêché la direction de s’équiper en nouveaux véhicules de marque Volkswagen Passat…

Le syndicat s’est opposé à l’ensemble de ses mesures, a diffusé un Procès-Verbal que nous mettons à votre disposition.

Il y est consigné un ensemble de revendications, comme le changement des titres des employés sans l’accord de l’employé ni du partenaire social, les nuisances subies par les employés durant leur heures de travail au sein d’un bâtiment en travaux, de bonus…

Au vu de ce qui se passe et que nous avons longuement dénoncé, il est clair que le management de Djezzy est dans l’incapacité de mener à bien la gestion de cette entreprise tant sur les performances ou la gestion des ressources. Il est grand temps de remplacer les responsables de cette gestion médiocre et les remplacer par du personnel efficient et qui maitrisent le domaine. Qu’attend l’Etat algérien, actionnaire pour prendre des mesures salvatrices ?