Les déboires du groupe Cevital se poursuivent. Cette fois-ci, c’est le porte-parole du comité citoyen de soutien aux travailleurs de Cevital,  Mourad Bouzidi, qui vient d’être poursuivi en justice par le DG du port de Béjaïa, Djelloul Achour. 

Ce dernier a déposé plainte contre Mourad Bouzidi pour diffamation. “La procédure judiciaire, à l’encontre de Mourad Bouzidi, a été engagée en juillet 2017 et le procès se tiendra ce mardi, 5 décembre 2017 devant la Cour de Bejaïa”, nous apprend à ce sujet un communiqué rendu public par le comité de soutien mis en place pour défendre Cevital depuis le blocage de ses équipements industriels importés par pour son usine de trituration de graines oléagineuses.

“Les motivations du DG du port et de ses mentors, à travers ce procès, sont claires. En s’attaquant à la personne du porte-parole du comité, ils visent en réalité le bâillonnement de notre Comité, et de toute organisation ou association qui viendrait à militer pour la sauvegarde de nos droits économiques, la défense des libertés et des droits de l’homme”, dénonce la même source qui appelle à tenir un rassemblement devant le Palais de Justice de Béjaia le mardi 5 décembre 2017 à 9 heures.

Ce rassemblement a pour but “d’exiger l’arrêt des poursuites judiciaires contre le porte parole de notre comité et œuvrer à l’instauration d’une société juste, libre et digne”, conclut la même source.

Soulignons enfin qu’à Béjaïa, un conflit ouvert oppose depuis plusieurs mois la direction de l’Entreprise portuaire de Béjaïa (EPB) au groupe Cevital.  Un conflit qui prend, désormais, une tournure politique. Et les partisans de Cevital ont menacé d’organiser au cours du mois de janvier 2018 à Tizi-Ouzou une marche populaire imposante pour renforcer la pression sur le gouvernement afin de l’obliger à débloquer le projet de Cevital. Une initiative qui risque de causer des troubles à l’ordre public.