Malgré la situation économique dans laquelle se débat le pays, Ahmed Ouyahia n’a pas oublié ses premiers combats. Le Premier Ministre se remet à défendre les « patriotes » et les victimes de terrorisme qui se sont sacrifiés durant les années 1990 pour défendre la République.

Dans une correspondance adressée aux administrations et ministères, le Premier ministre a fait remarquer que «les anciens patriotes et familles victimes de terrorisme trouvent des difficultés à recouvrer leurs droits ». Le document, révélé par Echorouk, précise que « cette situation fait croire à certains responsables que ces citoyens peuvent se suffire des pensions et indemnités qu’ils perçoivent suite aux dégâts causés par les actes terroristes, sans autres droits ».

Cela semble concerner, selon le document, d’autres droits sociaux comme les pensions des anciens Moudjahidine où les pensions d’invalidité. Mieux que cela, Ouyahia fait remarquer que “les Patriotes se sont vus privés de la retraite d’anciens volontaires et des droits liés notamment aux licences de taxi” sous le “prétexte qu’ils perçoivent des pensions de victimes de terrorisme”. Il demande donc à ce que cette catégorie bénéficie de la totalité de leurs droits.