“La France prend des médecins algériens parce qu’ils sont compétents”. C’est avec ces mots que le ministre de la Santé, Mokhtar Hazbellaoui, a reconnu que le phénomène des départs des cerveaux touche de plein l’Algérie. “Je ne peux pas interdire à des médecins de partir chercher d’autres horizons”, a-t-il encore dit pour exprimer son impuissance face à ce phénomène. 

“Nous essayons d’améliorer les conditions des médecins algériens”, a-t-il, néanmoins, nuancé pour expliquer que l’Etat fait réellement de son mieux pour retenir nos compétences. “Les Algériens ont le droit de prospecter ailleurs et sachez que nous essayons de les maintenir dans notre pays. Nous faisons tout pour améliorer les conditions de travail de nos médecins et c’est l’une de nos propriétés”, a-t-il encore assuré lors de son passage ce mardi matin sur les ondes de la Radio Chaîne III.

Mokhtar Hazbellaoui a reconnu, par ailleurs, que les établissements “hospitalo-universitaires” souffrent d’un “gros problème de gestion”.  “Nous avons, reconnait-il, un problème relatif à la gestion de certaines structures”, a-t-il avoué en dernier lieu en faisant savoir qu’une nouvelle réorganisation de nos hôpitaux est en cours d’étude au niveau du ministère de la Santé.