De violentes émeutes ont éclaté à Tindouf ce jeudi soir à la suite de la proclamation des résultats du scrutin des élections locales. Des affrontements ont opposé plusieurs bandes de jeunes manifestants aux forces de l’ordre. 

Les affrontements ont redoublé de violence lorsque des jeunes émeutiers se sont attaqués au siège du tribunal administratif de Tindouf. Plusieurs bureaux de cette structure étatique ont brûlé, a-t-on appris de plusieurs sources locales. D’après ces mêmes sources, les émeutiers manifestent leur colère contre le bourrage des urnes qui aurait fait perdre les sièges de l’APC de Tindouf au TAJ, le parti islamiste dirigé par Amar Ghoul, l’ex-ministre des Travaux Publics. Cependant, pour l’heure, aucune source officielle n’a pu nous confirmer la véracité de ces faits. Algériepart poursuit ses investigations pour identifier les raisons précises de cette brusque colère populaire qui a éclaté dans une région abritant de nombreuses unités militaires stratégiques de l’armée algérienne.