Des ressortissants algériens restent retenus en Libye. Leur nombre n’est apparemment pas connu des services de sécurité. Mais une bonne partie d’entre eux a déjà été rapatriée. C’est ce que vient d’annoncer le ministère des Affaires Etrangères selon lequel 46 Algériens ont déjà regagné le territoire national ces dernières heures. 54 autres l’ont été en juin dernier.

Selon le ministère des Affaires Etrangères, les efforts des autorités visant à ramener ces citoyens chez eux ont été “couronnés de succès dans la mesure où l’ensemble des citoyens algériens, au nombre de  46, ont été  libérés sur trois vagues, respectivement  les 17, 18 et 19 novembre courant et ont été rapatriés par route, via la Tunisie, hier 19 novembre 2017”.

“Le ministère des Affaires étrangères a, dès réception des premières informations selon lesquelles des citoyens algériens seraient détenus en Libye dans la localité de Zouarra, pris toutes les mesures nécessaires et mobilisé tous les moyens requis pour entrer en contact avec les parties responsables du centre de détention en question et vérifier l’identité des personnes détenues”, a précisé le porte-parole du MAE, cité par l’APS.

Il a ajouté que “l’état de santé de l’ensemble de ces citoyens est rassurant. Ils ont néanmoins été soumis à des examens médicaux au niveau du poste frontalier de Bouchebka”.

En juin dernier, 54 ressortissants algériens, bloqués Libye, avaient été également rapatriés. “Ces ressortissants algériens, dépourvus de documents et de ressources,  ont pu être regroupés à Tripoli avant leur prise en charge consulaire pour être rapatriés par voie aérienne de Tripoli à Alger, via Tunis”, avait indiqué, à l’époque, le chargé de communication du ministère des Affaires Etrangères.