Farouk Ksentini se fait taper sur les doigts. Le célèbre avocat, un des hommes les plus proches de Abdelaziz Bouteflika, mais aussi du général Toufik, l’ex-patron du DRS, a été sévèrement rappelé à l’ordre. Un communiqué de la présidence de la République –fait rarissime- fait tomber l’ancien président de la CNPPDH (Commission nationale de promotion et protection des droits de l’Homme) de son piédestal.

Lui qui comptait, jusqu’à il y a quelques mois, parmi les personnalités les plus proches du chef de l’Etat, est vite lâché et au détour d’un communiqué venu de la présidence de la République.

Pourtant, selon des personnes qui ont discuté avec l’avocat, inscrit au barreau de Blida, rien ne pousserait l’homme à inventer un tel événement. Ksentini a-t-il « affabulé » comme le dit la présidence de la République ? Certaines sources, bien au fait des secrets du palais, soutiennent cette thèse. Diverses sources indiquent en effet que l’avocat, embourbé dans différentes affaires de droit commun, se chercherait, à travers une proximité même fictive avec le chef de l’Etat, une issue à ses déboires judiciaires. Ou, s’agit-il, encore, d’une offre de services pour quelqu’un qui est resté, depuis la dissolution de la commission qu’il présidait, en dehors des cercles officiels ? Depuis la disparition de la CNPPDH, Mustapha-Farouk Ksentini, n’a plus la cote. Ses passages dans les médias se raréfient. Cela a-t-il une incidence sur ses affaires ? Possible.

Un autre courant estime, au contraire, que Farouk Ksentini a bel et bien rencontré le chef de l’Etat. Mais personne, parmi les proches du Président, ne s’attendait à une telle sortie. Ni le chef de l’Etat en personne, ni le pouvoir de manière générale, n’ont intérêt à afficher leurs intentions à un an et demi de l’élection présidentielle. Abdelaziz Bouteflika a pris l’habitude, en effet, de déclarer ses intentions à seulement deux mois du scrutin.

Qu’est-ce qui a donc fait courir Ksentini ? Le téléphone de l’avocat est resté fermé toute la journée. Impossible donc d’avoir, dans l’immédiat, une réponse.