NEKKAZ vient de franchir, une fois encore, un seuil inacceptable dans son discours vis-à-vis des algériens. Ses dernières actions médiatiques sont ignorées par les algériens qui, hormis quelques fidèles, ne sont pas toujours convaincus pas sa démarche, peu crédible, et dont les motivations réelles et supposée richesse n’arrivent pas à convaincre.

 Par Salim Abdenour 

Algériepart avait largement relaté les points sombres de son itinéraire dans nos publicationsAujourd’hui, son discours se radicalise et son appel à une déstabilisation de l’Algérie se fait de plus en plus insistant sur les vidéos qu’il publie sur sa page Facebook. N’ayant plus aucun argument, et sentant le vent tourner, il accuse aujourd’hui le gouvernement algérien d’être un ‘’gouvernement criminel’’ puis de ‘’gouvernement terroriste’’ et ‘’complice de terroristes’’…

 Une escalade que pourrait expliquer sa nervosité devant l’essoufflement de son mouvement et qui réduit à néant son rêve d’être président, de la France un temps, puis de l’Algérie aujourd’hui, une mission à laquelle il a échoué lamentablement à chaque fois. Aussi, une fois encore, il traite les 40 millions d’Algériens d’incapables, limite de lâches face à ce qu’il appelé la mafia des 40 voleurs.

Il est même arrivé de traiter le peuple algérien d’endormi, le gouvernement ayant mis, selon lui, de la drogue dans le lait ! On ne sait si on doit en rire ou s’inquiéter… Une dérive qui révèle la véritable personnalité de ce personnage aux idées inconsistantes et farfelues.

 Car que propose réellement Rachid NEKKAZ ? Incapable lui-même de se défendre contre un agresseur et contre cette soi-disant mafia de 40 voleurs dont on ne connait pas les noms.  La lutte contre la corruption pour une meilleure Algérie ? C’est ce que nous tous voulons pour notre Pays. Rien d’original finalement.

 Qu’aura donc apporté NEKKAZ à l’Algérie ou aux algériens aujourd’hui ? Des emplois ? Un projet économique ? Rien de tout cela…

 Les 16 pages du programme de Mouvement pour la Jeunesse et le Changement est bien maigre, les propositions farfelues et généraliste ont fait rire nombre de spécialistes auxquels nous avons soumis ses propositions pour sortir l’Algérie de la crise économique. Lors de la confrontation que le procureur avait organisée, au commissariat de Neuilly aujourd’hui avec son agresseur présumé, NEKKAZ a, en revanche, affirmé que le procureur s’était moqué de lui et des 40 millions d’algériens…

 

En qualité de quoi parle-t-il au nom des 40 millions d’algériens pour une affaire personnelle ? Lui qui ne peut même pas répondre sur sa page Facebook à ceux qui s’adressent à lui en langue arabe. Surprenant…

 Nous n’avons pas été les seuls surpris par ces changements de discours ou tantôt il fustige les algériens, quand ils n’obéissent pas à ses injonctions, et tantôt il les prend à témoin ou les intègre à son insupportable rôle de victime… au gré d’une humeur instable. Encore récemment, il participait à une conférence sur le gaz de schiste à DOHA au Qatar, alors qu’il n’est nullement spécialiste en la matière.

 Pour quelles véritables raisons s’y est-il rendu ? Ce pays qui a été derrière la déstabilisation de pays comme la Libye et l’Algérie et qui est mondialement connu pour avoir financé des groupes terroristes trouve donc exemple aux yeux de NEKKAZ. Poussant encore la provocation au-delà des limites de la tolérance, NEKKAZ prend comme témoin le vice-Ministre Algérien de la défense, le général-major Ahmed Gaïd Salah, comme potentiel alibi à ce voyage controversé au QATAR.

Il insinue, pour se dédouaner, que si le Général GAID SALAH se rend chaque année à DOHA, c’est que ce pays est l’ami de l’Algérie… Se comparer et s’identifier à des personnalités politiques est un signe qui ne trompe pas en psychanalyse, nous laisserons le soin à chacun de s’en faire une opinion

 

Pathétique position de celui qui veut entrer dans la cour des grands par effraction. Mr NEKKAZ avide de reconnaissance tant nationale qu’internationale n’arrête pas de multiplier les appels du pied au gouvernement. En vain. Il a même affirmé avoir été choqué de ne pas recevoir d’appel téléphonique émanant de l’ambassade ou des membres du gouvernement après une simple agression suite à ses propres provocations…

 

L’ignorance dans laquelle le confinent les autorités algériennes est finalement la meilleure des attitudes. Elle a le mérite de lui faire perdre pied en politique par ses prises de positions de plus en plus extrêmes. Car traiter une personne de criminelle sans jugement, affirmer que la justice algérienne est un ‘’zéro’’, et que le président BOUTEFLIKA est décédé ne sont là qu’une manœuvre pour exister au travers de cette posture provocatrice mais qui a saturé les algériens. À bon entendeur, salut !