A partir de Washington, le président du FCE, Ali Haddad a tenté de séduire les investisseurs internationaux pour les convaincre de miser sur l’Algérie. 

S’exprimant lors d’un forum économique organisé par le Think Tank américain Center for Transatlantic relations, affilié à Johns Hopkins University, le chef du FCE a expliqué que l’Algérie est “la porte de l’Afrique “. “Venez investir chez-nous”, a dit encore Ali Haddad qui a tenté de rassurer les investisseurs américains en soulignant les atouts du pays en termes de ressources humaines et d’infrastructures à l’instar de la route transsaharienne Alger- Lagos qui ouvre de nouvelles perspectives pour le développement des échanges commerciaux entre les pays de la région.

Ali Haddad a voulu également corriger l’image très négative colportée sur notre pays à l’étranger. Et pour ce faire, il a assuré que le privé algérien se développe et “s’impose comme acteur incontournable de la diversification de l’économie”. “Le gouvernement agit pour créer le meilleur environnement économique possible”, a-t-il ajouté, mettant en exergue les réformes engagées pour soutenir et stimuler l’entrepreneuriat et permettre l’investissement et la sécurisation de l’emploi et du pouvoir d’achat.

“Ce dialogue public-privé a permis également d’améliorer le climat des affaires en Algérie”, a confié enfin Ali Haddad, l’un des entrepreneurs les plus riches dans notre pays.