La visite officielle en Algérie du Président français Emmanuel Macron continue de faire l’objet de toutes les spéculations. Annoncée depuis son arrivée à l’Elysée en France, jusqu’à aujourd’hui aucune date officielle n’a été encore fixée pour cette importante visite d’Emmanuel Macron en Algérie. Plusieurs différends politiques qui ont éclaté récemment entre les deux pays ont retardé, voire compromis cette visite. 

Lundi à Alger, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a tenté de se montrer rassurant en expliquant que “le président français effectuera sa visite ici à Alger
dans peu de temps”. Le chef de la diplomatie française s’est montré très habile en faisant croire dans son discours de clôture de la quatrième session du COMEFA que tous les sujets qui fâchent ont été résolus entre la France et l’Algérie. 

“Nous avons avec l’Algérie une relation exceptionnelle. Nous avons un destin
commun, une mémoire et un passé communs, et – je suis convaincu – un avenir
commun, sous réserve que nous agissions ensemble dans le respect de nos
identités et dans le respect de nos souverainetés”, a relevé ainsi dans son discours Jean-Yves Le Drian pour signifier que la France ne veut aucunement imposer ses volontés et visions sur l’Algérie.

“La coopération économique a franchi des étapes significatives, mais nous
souhaitons surtout faire en sorte que les documents stratégiques sur lesquels nous
allons nous mettre d’accord soient axés sur la jeunesse. Parce que la jeunesse est la
force de ce pays. C’est la force de la relation entre la France et l’Algérie, et c’est
aussi le témoin d’une volonté d’agir ensemble pour l’avenir”, a encore assuré le chef de la diplomatie française sur un ton enthousiaste et très conciliant à l’égard de notre pays.

La France et l’Algérie ont-elles tourné la page des tensions et malentendus ? Pas si sûr car tant que la date de la visite officielle d’Emmanuel Macron n’a pas été encore été arrêtée, des incompréhensions persisteront encore et toujours dans plusieurs dossiers entre les deux pays.