La trésorerie est l’ensemble des sommes d’argent disponibles en caisse ou placées sur des comptes bancaires. Indispensable à toute gestion d’entreprise, la trésorerie est un baromètre important pour évaluer la santé financière des sociétés. 

Et en Algérie, l’état de la trésorerie des entreprises privées comme publiques est très inquiétant. C’est du moins ce que révèle l’enquête menée par le très officiel Office national des statistiques (ONS) qui a interrogé au deuxième trimestre de 2017 des patrons d’entreprises publiques et privées activant dans le secteur industriel. Ainsi, il en ressort de cette enquête qu’à peine 34% des chefs d’entreprise du secteur public ont jugé bon l’état de leur trésorerie. Cela signifie clairement que 66 % des entreprises publiques souffrent de difficultés financières depuis le 2e trimestre de l’année 2017. Dans le secteur privé, à peine 52 % touchés par l’enquête ont jugé “bon” l`état de leur trésorerie. C’est dire que pas moins de 48 % des entreprises privées manquent de liquidités pour fonctionner.

Ces données sont un indicateur reflétant les conséquences désastreuses de la crise financière sur les entreprises algériennes. Un impact négatif qui empêche nos entreprises d’exploiter leur potentiel comme il se doit. Preuve en est, seulement 34 % des entreprises du privé touchées par cette enquête ont utilisé leur capacité de production à plus de 75%.

Ces difficultés provoquent une hausse certaine du chômage puisque 25% des enquêtés du secteur public et près de 54% de ceux du privé ont déclaré avoir trouvé des difficultés à recruter. Un plan d’urgence pour sortir de l’actuelle crise financière est plus que jamais nécessaire.