VEON, a publié aujourd’hui les chiffres de l’ensemble de ses filiales dans le monde. Sa filiale algérienne, Optimum Telecom Algérie (OTA), qu’elle détient avec l’Etat algérien à travers le FNI continue à afficher des résultats catastrophiques pour le troisième trimestre 2017.

Comme nous l’annoncions dans nos différents articles, la descente aux enfers de DJEZZY continue. Le chiffre d’affaire de Djezzy, durant le troisième trimestre 2017, a encore baissé de près de 10% par rapport à la même période en 2016. Le revenu cumulé des 9 mois premiers de l’année 2017 est lui aussi en baisse de plus de 11% comparé à la même période en 2016.

 

Le bénéfice continue à fondre, en baisse de près de 15 %, durant ce troisième trimestre 2017 comparativement à celui de 2016. Sur les 9 premiers mois de l’année 2017, ce bénéfice est en forte baisse par rapport à la même période en 2016, une baisse qui dépasse la barre de 20% !

 

La base de clients ne cesse de fuir Djezzy, puisqu’il a encore été enregistré durant ce troisième trimestre 2017, le départ de pas moins de 700.000 clients ! Ce n’est pas moins de 3 millions de clients que perd Djezzy depuis que Vincenzo NESCI est président exécutif d’OTA. L’ARPU qui représente la moyenne de consommation en Dinars par usager de DJEZZY, continue à s’éroder passant, au troisième trimestre, de 593 DA en 2016 à 553 DA en 2017, soit une baisse de près de 7%…

 

Nous n’avons cessé d’alerter l’opinion publique et les différents responsables, sur l’amateurisme flagrant dont il est le premier responsable. L’acharnement dont on nous affublait s’avère, à la lumière de ces chiffres, être finalement une analyse et une lecture correcte des mauvaises décisions prises au sein de cet opérateur à fonds majoritairement algériens.

La politique salariale, les investissements en berne, la régionalisation de la distribution, les rénovations coûteuses, l’arrêt de pas moins de 5 distributeurs, le management… ce sont là quelques-uns des sujets sur lesquels nous continuerons à enquêter durant les prochains jours.

 

A l’ARPT, que nous avons sollicité depuis le mois de juin et malgré nos nombreuses relances mail à travers la direction de la communication, aucune réponse ne nous a été communiquée quant à la gestion des équipements E1 octroyés sans autorisations et en infraction de la loi et nombre d’autres questions sur lesquels nous reviendrons. Silence qui nous a paru bien étrange, quand la direction d’Algeriepart a découvert que des responsables au niveau de l’autorité de régulation bénéficiaient de privilèges sur leurs SIM Djezzy…

 

Djezzy est malade de son management à majorité étranger, alors que des compétences locales existent. Les chiffres que VEON publie, démontrent que l’hémorragie n’a pas cessé et rien ne présage d’une issue heureuse pour les quelques milliers d’employés de Djezzy et pour le trésor public algérien.