Le vol AH 1005 de la compagnie nationale Air Algérie reliant Paris à Alger a connu un retard d’au moins une heure pour la simple raison qu’il fallait attendre l’arrivée de Djamel Ould Abbès, le patron du FLN, lequel devait embarquer sur ce vol pour rentrer à Alger après avoir participé à Moscou au 12è Forum de Russie. 

Une centaine de passagers ont été contraints de prendre leur mal en patience à bord de l’appareil en attendant que le “puissant” patron du FLN daigne se présenter au comptoir d’Air Algérie afin de rejoindre les sièges qui ont été dédies par la compagnie nationale à sa “vénérable personne” et sa petite famille.

Plusieurs passagers ont exprimé leur colère face à ce retard qu’ils ont qualifié “d’abus de pouvoir”. Au nom de quoi tout un vol doit être retardé d’une heure pour attendre un haut responsable ? Cette interrogation lancinante est revenue sur les lèvres des passagers algériens qui ont été obligés de se soumettre au diktat de l’agenda du patron du FLN. Un dérapage qui ne constitue pas un acte isolé puisqu’il ne s’agit pas de la première fois où des vols d’Air Algérie ont été retardés pour se conformer aux exigences des décideurs politiques en déplacement ou de passage à Paris.