Absent physiquement d’Algérie, l’ancien ministre de l’Energie, Chakib Khelil ne continue pas moins de prendre position sur des questions politiques intérieures du pays. Dans sa dernière «intervention» sur les réseaux sociaux à travers sa page Facebook que suivent des centaines de milliers de personnes, Chakib Khelil défend le pouvoir et répond à ses détracteurs. 

L’ancien ministre de l’Energie, partisan d’un libéralisme à l’américaine, a tenté de donner sa version sur la destination des « 1000 milliards » de dollars dépensés par l’Algérie depuis 1999 à ce jour. Pour cela, il donne une explication purement mathématique. « Si, sur 10 ans, on distribue 1000 milliards de dollars sur 40 millions d’Algériens. Il faut d’abord poser sur la table le coût de la production. Il nous reste donc 800 milliards. Cela donne 166 dollars par mois pour chaque algérien. En contrepartie, l’Etat ne construit rien (écoles, universités, routes, hôpitaux, logements…) et ne subventionne rien (lait, pain…). Comme vous constatez, 166 dollars par mois ne représente rien pour l’Algérien qui bénéficie, par contre, en infrastructures de base et aides», indique l’ancien responsable qui conclut “la réponse est que cet argent a été dépensé dans les infrastructures de base pour une partie. L’autre partie est partie dans les subventions”.

La semaine passée, Chakib Khelil a déroulé, en une dizaine de points, ce qui s’apparente à un programme politique. Mais l’ancien ministre de l’Energie ne décline aucune demande particulière. Il ne s’exprime pas non plus sur les rumeurs le donnant comme ministre dans les prochains mois. Il se contente d’une présence constante sur les réseaux sociaux.