Cette fois-ci, ce n’est pas Abdelkader Messahel, le ministre des Affaires Etrangères, qui le dit. Mais c’est le professeur Mustapha Khiati, le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (FOREM), qui l’affirme : l’Algérie est victime d’une “agression chimique” perpétrée par le Maroc. 

Et pour cause, “70 à 80 % des drogues saisies en Algérie proviennent du pays voisin, le Maroc”, a révélé ce responsable de l’une des associations les plus dynamiques et actives en Algérie. Mustapha Khiati va encore plus loin et appelle les autorités algériennes à saisir l’ONU contre le Maroc, a-t-il préconisé ce mardi sur les ondes de la radio Chaîne III.  “C’est plus grave qu’une agression armée, puisque la drogue touche la frange la plus sensible de la population, les jeunes de 15 à 30 ans “, a-t-il encore expliqué en précisant que le recours à l’ONU “est le moyen le plus pacifique qui peut être utilisé par un pays responsable comme l’Algérie”.

Le président de la FOREM a souligné enfin que le fléau de la drogue  est un problème qui existe depuis des années et “ce n’est pas l’Algérie qui dit que le Maroc est l’un des plus grand producteur de drogue dans le Monde mais c’est un classement des Nations Unies qui revient depuis trois ou quatre ans”, a rappelé Mustapha Khiati selon lequel le Maroc produit annuellement 30.000 à 40.000 tonnes de drogue chaque année.

“Cette production ne peut être envoyée directement  en Europe en raison de la surveillance implacable des autorités européennes. Le seul chemin qui reste aux marocains, ajoutera t-il, c’est le sud, soit forcement par l’Algérie, et nous nous élevons contre cela”, a-t-il précisé en dernier lieu.