Des bousculades, des étudiants et étudiantes qui s’évanouissent, d’autres qui crient ou tentent d’escalader les mûrs de l’enceinte de l’Institut Français d’Alger, des policiers dépassés et débordés, ce qui s’est passé aujourd’hui dimanche devant les portes de l’Institut Français d’Alger (IFA) a défrayé la chronique et les images ont choqué l’opinion publique. 

Ces images rappellent tristement celles de ses réfugiés syriens qui supplient les gardes-frontières européens pour qu’ils les autorisent à fouler “la terre promise”. Face aux protestations soulevées par ces images choquantes, les responsables de l’Institut Français d’Alger ont réagi officiellement pour expliquer les raisons de tous ces débordements.

De prime abord, l’Institut Français reconnaît qu’il fait face à une très forte affluence de candidats à l’occasion des inscriptions au Test de Connaissance du Français (TCF). Ces demandes d’inscription ont fortement augmenté cette année. “Ce test rencontre un grand succès car sa réussite est un préalable nécessaire à la procédure de candidature Campus France pour faire des études supérieures en France. En 2016, l’IF a fait passer 20 332 examens TCF à Alger. Ce nombre est en augmentation de 50% et atteindra plus de 30 000 à la fin de l’année 2017”, nous explique ainsi la direction de l’IFA.

L’institut Français a été donc contraint de procéder “à l’augmentation des
capacités de passation de TCF”. Mais il s’agit “d’un effort considérable, consenti au profit des candidats algériens”, ajoute encore la direction de IFA selon laquelle la gestion de l’affluence de candidats a été anticipée à travers la “mise en place un système de pré- inscription (prise de rendez-vous) en ligne”.

Or, ce système se retrouve rapidement saturé car le nombre de jeunes Algériens souhaitant étudier en France est en constante augmentation. La direction de l’IFA parle même d’une “hausse sans précédent”. “Le site internet de prise de rendez-vous a enregistré certains jours plus de 700.000 connexions simultanées, bloquant ainsi la plateforme”, a indiqué la même source.

Pour gérer ces demandes, l’Institut a ainsi dû rouvrir les inscriptions au TCF sans prise
de rendez-vous du dimanche au jeudi de 8h30 à 16h30, à compter du dimanche 29
octobre. Alors qu’il pouvait s’inscrire du dimanche au jeudi toutes les semaines, le public
s’est massivement présenté dimanche 29 octobre au matin aux portes de l’Institut
français. Il s’agissait d’un flux sans précédent.

“Vu l’afflux massif du public, il a fallu, pour la sécurité des candidats et du personnel de
l’Institut français, interrompre les entrées dans l’IF et organiser la sortie des 200
étudiants déjà inscrits”, assure enfin la direction de l’IFA.

l’Institut Français d’Alger fait savoir en dernier lieu que les inscriptions au TCF reprendront
demain (lundi 30 octobre) et toute la semaine de 8h30 à 16h30, par ordre
alphabétique et selon les modalités expliquées par un article précédent d’Algériepart et ce afin “de gérer les flux et éviter les bousculades” conclut notre source.