L’Algérie fait rêver les constructeurs mondiaux de voitures. C’est du moins ce qu’affirme  le ministre de l’Industrie et des mines, Youcef Yousfi. Selon ce dernier, son département ministériel a reçu pas moins de 36 demandes de réalisation d’usines de montage de véhicules.

Pour le moment, le ministre de l’Industrie n’a pas voulu révéler les noms de ces constructeurs ou investisseurs qui veulent installer leurs usines en Algérie. Pour l’heure, un seul de ces projets a été débloqué et devra connaître bientôt son entrée en production. Il s’agit de l’usine de montage des véhicules du constructeur sud-coréen KIA basée à Batna.

Les Algériens peuvent d’ores et déjà procéder aux premières commandes de la toute nouvelle Rio produite par Kia Al Djazaïr et qui sera assemblée sur le site de l’usine de Batna, à l’est du pays. Cette usine sera la troisième unité de montage en activité après celles du géant français Renault et du sud-coréen Hyundai et introduites en Algérie par Mahieddine Tahkout, l’un des hommes d’affaires les plus influents et actifs en ce moment.
Il est à noter enfin que Kia a réussi là où le français Peugeot continue d’échouer, à savoir mettre un pied dans le le très stratégique marché algérien, le plus important du continent africain, avec un potentiel de ventes de l’ordre de quelque 400.000 véhicules par an.
Un véritable jackpot auquel Peugeot n’arrive toujours pas à accéder. Il est, pourtant, vital pour la marque française qui fut longtemps le deuxième vendeur de voitures en Algérie.
Le constructeur français voit donc ses parts de marché fondre puisque seules les voitures assemblées en Algérie peuvent être vendues dans le pays.