Après une trêve qui aura duré au moins 3 mois, les syndicats autonomes reprennent le chemin de la protestation.

Réunis samedi à Alger, les adhérents de la coordination des syndicats autonomes ont décidé de tenir, le 25 novembre, un sit-in à Alger pour notamment protester contre «l‘érosion du pouvoir d’achat » et contester, à l’avance, le contenu du projet du Code de Travail que le gouvernement soumettra très prochainement à l’Assemblée populaire nationale.

Selon des sources syndicales, le lieu et l’heure exacte de ce rassemblement seront connus lors d’une réunion qui se tiendra le 18 novembre prochain entre les membres de ce collectif. Cette réunion étudiera, également, les modalités qui permettront aux syndicalistes de créer une coordination des syndicats autonomes.

Dans une deuxième étape, la Coordination des syndicats autonomes prévoit l’organisation d’une « grève générale » à partir de janvier 2018. Mais la date de ce débrayage n’est pas connue. Les revendications également.

Le collectif des syndicats autonomes, qui représente notamment les secteurs de l’Education et de la Santé, veut créer une centrale syndicale qui va concurrencer l’Union générale des Travailleurs algériens (UGTA), seul interlocuteur du pouvoir.