Une véritable bataille se déroule en ce moment dans les coulisses de l’ambassade de France à Alger. Plusieurs opérateurs internationaux de l’externalisation des procédures de demande de visa sont en concurrence pour prendre le marché de TLScontact dont le contrat expire normalement au 31 janvier 2018.

VFS Global, BLS et Securidoc. Voici les trois opérateurs qui se battent dans une lutte acharnée dans l’espoir de remplacer TLScontact, éclaboussé depuis 2016 par les scandales de fraude et les détournements des rendez-vous des dépôts des dossiers de demandes de visa.

Officiellement, l’ambassade de France à Alger a lancé un nouvel appel d’offres dont objectif est “de mieux prendre en compte les nouveaux paramètres de la demande algérienne de visas et d’améliorer encore les conditions d’accueil des demandeurs de visas en Algérie, en assurant notamment un contrôle plus efficace des calendriers de rendez-vous et une maîtrise des délais d’attente”, avait expliqué le 3 juillet dernier dans un communiqué l’ambassade de France. 

Pour l’heure, les trois opérateurs qui se disputent la succession de TlLScontact ont des références internationales. Securidoc est une entreprise française spécialisée dans la création, l’édition, l’impression et la distribution de documents sécurisés. Securidoc est également le fournisseur de documents tels que des cartes grises ou des vignettes automobiles pour des imprimeries nationales étrangères.

VFS Global est une autre multinationale créée en 2001 en Inde, mais basée à Dubaï. Cet opérateur se présente comme le leader de l’ externalisation et des services technologiques au monde pour les gouvernements et les missions diplomatiques. VFS Global travaille en ce moment au service de 57 gouvernements clients dans 129 pays avec 2412 centres de demande de visa. 

En Algérie, derrière VFS Global, nous retrouvons Mawared House Algeria, une SARL dont l’actionnaire principal est le milliardaire influent Réda Benyounès. Il s’agit du neveu d’Amara Benyounès, l’ancien ministre du Commerce et l’un des principaux animateurs de la campagne du 4e mandat d’Abdelaziz Bouteflika en 2014. Selon nos investigations, Réda Benyounès est le représentant de plusieurs sociétés étrangères en Algérie à l’image de la TAP Portugal, la compagnie aérienne portugaise. Réputé pour sa discrétion et son professionnalisme, Réda Benyounès mène ses affaires sans faire de bruit et loin des projecteurs et des caméras.

Pour le moment, VFS Global gère en Algérie le traitement et la collecte des dossiers de visas pour la Turquie, les Pays-Bas, la Hongrie et le Canada. 

L’autre acteur qui s’active pour proposer ses services à l’ambassade de France s’appelle BLS. Il s’agit de l’opérateur qui gère la collecte et le traitement des demandes de visas au profit de l’ambassade d’Espagne. BLS pèse beaucoup que VFS Global. Ses actionnaires sont aussi beaucoup moins connus. Il s’agit de Kebaili Mohamed Amine, un jeune de 36 ans, né aux Etats-Unis d’Amérique, et Nedjoum Redouane, âgé de 33 ans et originaire d’Ain Defla. Les deux associés sont très discrets et peu de renseignements sont disponibles sur leur parcours.

Qui de ces trois concurrents remportera le très juteux marché de la collecte et traitement des demandes de visa Schengen de l’ambassade de France ? Quoi qu’il en soit, le prochain prestataire qui aura la lourde tâche de gérer les dossiers de plus de 600 mille demandeurs algériens devra se montrer exemplaire et sera surveillé de près pour éviter les malversations et la non-transmission de certains dossiers aux services consulaires français.