Connu pour être le bourreau des cadres gestionnaires de la fonction publique, Ahmed Ouyahia se met désormais à défendre les cadres “injustement incarcérés”. Parmi les personnalités qui seraient, selon lui, victimes d’injustices, figure l’ancien ministre de l’énergie, Chakib Khelil.

Ahmed Ouyahia, invité mercredi matin de la chaîne 3 de la radio nationale, a indiqué, en effet, que certains cadres, notamment ceux qui ont été jugés dans l’affaire Sonatrach, ont été « victimes d’injustice ». Parmi les responsables « concernés » par ces injustices, le Premier ministre, qui s’est exprimé en sa qualité de secrétaire général du RND, a cité Chakib Khelil. Pourtant, l’ancien ministre de l’Energie n’a pas été uniquement cité par la justice algérienne. Il est également mis en cause par les juges italiens.

Le secrétaire général du RND a, en outre, défendu le bilan du gouvernement. Interrogé par les internautes sur la destination des fonds publics de ces 20 dernières années, Ahmed Ouyahia a précisé que si la question « est destinée aux jeunes, ils voient autour d’eux des stades, des aires de jeu.. si cela est destiné aux personnes âgées, ils voient cela à partir de la solidarité nationale », a-t-il ajouté.

En outre, Ahmed Ouyahia a rappelé sa fidélité au chef de l’Etat et sa volonté à continuer à travailler avec les partis de la majorité présidentielle, une nouvelle appellation qui désigne l’ancienne alliance présidentielle.