Les autorités algériennes ont lancé la traque des personnes riches qui cachent leurs fortunes aux services du fisc.  Villas, appartements haut standing, voitures de luxe et bateaux de plaisance, les inspecteurs des impôts en Algérie vont lancer des enquêtes sur le terrain pour identifier les patrimoines des personnes présentant des signes de richesse externes. 

Le Directeur général des Impôts, Mustapha Zikara, a confirmé ce mardi à Alger  qu’une nouvelle stratégie a été dessinée et sera appliquée à partir de 2018. Celle-ci  visait à “identifier les personnes qui montrent des signes extérieurs de richesse et qui ne sont pas connues des services des impôts, ainsi que les personnes qui ne déclarent pas leurs biens ou seulement une partie pour échapper aux impôts”, a expliqué le premier responsable des services des impôts en Algérie lors de son intervention devant la commission des Finances et du budget à l’Assemblée populaire nationale (APN).

A partir de 2018, les services des impôts effectueront, ainsi, des visites sur le terrain sur la base de données communiquées par les banques, les services des douanes, les services du foncier et d’autres institutions de l’Etat afin d’identifier les personnes montrant des signes extérieurs de richesse qu’elles n’ont pas déclarés à l’image des villas, appartements haut standing, voitures de luxe et bateaux de plaisance et de leur adresser officiellement des convocations pour justifier la source de leurs biens devant les commissions spécialisées qui examineront les documents présentés et s’assureront de leur conformité à la loi.

Concernant les barons de l’informel et les personnes qui se sont enrichies en disposant d’un patrimoine de provenance illégale, Mustapha Zikara a fait savoir que ses services prendront les mesures nécessaires afin de les assujettir à l’impôt, et informeront les services compétents pour procéder à une enquête.