C’est un véritable signal d’alarme que vient de tirer le professeur Djamel-Eddine Nibouche, chef du service cardiologie de l’hôpital Nafissa Hamoud (ex. Parnet) à Alger. “D’ici vingt ans, la moitié de la population algérienne risque de développer des maladies graves à cause de leur tabagisme”, a-t-il prévenu ce lundi matin. 

Lors de son intervention sur les ondes de la chaîne III, le Professeur Nibouche a révélé que “le tabagisme est à l’origine de 15.000 décès par an en Algérie, soit 45 décès par jour et 1 mort toutes les 6 secondes”. En plus,  pas moins de 47 % de la population, dont 20 % des jeunes, ont un usage quotidien du tabac. Chez les adultes, presque la moitié sont fumeurs.

“J’ai assisté récemment à une enquête réalisée à Ain Defla. Sur 16 lycées, on a constaté que 70 % des garçons fument. Il y a aussi une enquête de la FOREM qui montre que 8 % des filles fument du tabac au quotidien”, a conclu enfin le Professeur Nibouche qui appelle à une véritable mobilisation contre le tabagisme dans notre pays.