Dix-ans après l’application de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, le terrorisme fait toujours des victimes. Ces dernières ne se recrutent pas uniquement dans la société.

Des familles de ces criminels font partie de ces victimes. C’est le cas de cette famille de 4 femmes et un nourrisson, retrouvés dans une casemate près de Jijel. Selon un communiqué du ministère de la Défense Nationale (MDN), c’est au cours d’une opération de ratissage que cette famille a été retrouvée. « Suite à l’opération de qualité exécutée par nos forces armées, à El   Aouana, wilaya de Jijel, un détachement de l’Armée nationale populaire a capturé, cet après-midi du 22 octobre 2017, un terroriste, en sa possession un (1) pistolet automatique. L’opération a permis également la découverte d’un camp de terroristes, où se trouvaient quatre (4) femmes et un nourrisson », précise le communiqué.

Ce n’est pas la première fois que des familles entières sont retrouvées par l’armée dans les maquis de Jijel. Au moins deux familles, constituées de femmes et d’enfants, ont été récupérées ces derniers mois par des militaires dans cette région investie, durant les années 1990, par les terroristes de l’AIS (Armée islamique du Salut, branche armée du FIS, parti dissous).

Par ailleurs, un autre communiqué de l’armée a annoncé que deux terroristes ont été abattus dans la même région ce dimanche. Un autre terroriste armé a également été tué la même matinée à Batna.