L’Algérie se lance enfin dans l’e-commerce ! A partir de 2018, il sera possible de faire des transactions sur le web grâce au projet de loi sur le commerce électronique qui sera adopté, au plus tard, durant le premier trimestre de l’année prochaine. 

Cette loi va permettre de vendre et d’acheter sur internet “tout ce qui est légal” sauf les médicaments, le tabac, les jeux du hasard et les produits alcoolisés”, tout comme il est également interdit de vendre des “équipements sensibles et produits prohibés”, a prévenu d’ores et déjà la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Houda-Imane Faraoun.

Selon les explications fournies mardi par cette ministre, les plateformes de paiement électroniques “doivent être impérativement sécurisées et répondre à une certaine norme de confidentialité et de sécurisation qui seront fixées par la banque d’Algérie”. D’après la même ministre, “ces plateformes ne peuvent être hébergées que par les banques et par Algérie Poste afin d’éviter qu’elles “ne soient hébergées anarchiquement par des sous-traitants ou par des entreprises qui ne répondent pas aux normes des établissements financiers agrées par la Banque d’Algérie”.

Houda-Imane Faraoun s’est également montrée rassurante en affirmant que les banques algériennes sont prêtes à protéger la “confidentialité des transactions électroniques et des données du citoyen”.

“Quasiment tous les établissements financiers du pays sont prêts que ce soit les banques ou Algérie Poste pour le paiement en ligne. Quelques dispositions qui étaient nécessaires pour protéger le consommateur sont prévues dans le projet de loi sur le commerce électronique”, a-t-elle encore assuré en dernier lieu.