Sid Ahmed Ghozali, l’ex-chef de gouvernement, a jeté ce mardi un véritable pavé dans la marre. Dans un entretien accordé à l’édition africaine du magazine français Le Point, il a annoncé que la planche à billets, à savoir la fabrication d’une nouvelle quantité de billets de banque pour les émettre sur le marché afin de combler le manque de liquidités dans les caisses des institutions du pays, est un processus qui fonctionne en Algérie depuis plus de dix ans ! 

 

“En ce qui concerne la planche à billets, par exemple, elle fonctionne déjà, depuis plus de dix ans. Sinon, d’où est provenue la dépréciation du dinar (par rapport au dollar ou à l’euro), qui aura été d’un tiers sur la base du taux affiché par la Banque d’Algérie et de plus de 50 % dans le marché réel ?”, s’interroge celui qui fut chargé des Finances de l’Etat de 1988 à 1989.

“L’évolution des prix des tomates (200 DA/kg), de la pomme de terre, du raisin (500 DA/kg), etc. entre 2000 et 2017 montre une érosion au moins équivalente en matière de pouvoir d’achat des couches sociales démunies. Le changement annoncé de la loi sur la monnaie et le crédit n’est donc que la « légalisation » d’une pratique existante depuis plus de quinze ans, non formalisée, certes, mais tacitement consacrée”, explique encore l’homme qui connait très bien l’économie algérienne après avoir dirigé notamment la Sonatrach de 1966 jusqu’à 1977.

Selon Sid Ahmed Ghozali, la crise financière qui frappe de plein fouet l’Algérie “résulte bel et bien d’une mal-gouvernance, laquelle a pour cause l’obsession du pouvoir pour le pouvoir, au détriment des préoccupations et aspirations légitimes des populations”.

Rappelons enfin que Sid Ahmed Ghozali fut l’un des dirigeants les plus emblématiques du régime algérien. Il était notamment ministre Affaires étrangères de 1989 à 1991. Le 5 juin 1991, il succède à Mouloud Hamrouche au poste de chef du gouvernement. Le 16 octobre, après un remaniement, il prend aussi la charge de ministre de l’Économie jusqu’à son remplacement à la tête du gouvernement le 19 juillet 1992.