Alors que la rentrée universitaire n’a pas encore lieu convenablement, les enseignants menacent de bloquer les campus. Selon des syndicalistes affiliés au CNES (Conseil national des enseignants du Supérieur), les enseignants vont entrer en grève dès les jours à venir pour protester contre leurs conditions de travail.

En attendant, le syndicat des enseignants du supérieur doit régler un grave différend interne né notamment des frictions entre les différentes branches qui se sont crées depuis plusieurs années. Une division qui a poussé le ministère de l’Enseignement supérieur à retirer l’agrément et ne pas reconnaître les différentes sections du CNES. C’est, d’ailleurs, là l’une des raisons de la colère des enseignants.

Mais dans ce conflit qui oppose les enseignants à leur tutelle, il n’y pas qu’une simple question de syndicat. Déjà, la semaine passée, près de 3000 enseignants vacataires ont battu le pavé dans certaines villes du pays pour réclamer notamment une permanisation. Ils ont été soutenus, dans cette démarche, par le CNES.

En attendant, d’importantes réunions auront lieu, la semaine prochaine, entre les enseignants pour discuter de l’attitude à adopter face aux problèmes qu’ils vivent.