On en sait un peu plus sur l’étrange affaire du “faux détournement d’avion à Oran”. L’autorité de l’avion civile, dépendante du ministère des Transports, a suspendu, à titre conservatoire, ce lundi matin le commandant de bord et le copilote de l’avion Q200 Bombardier qui a été dérouté en urgence vers l’aéroport d’Oran. 

Les deux pilotes seront traduits encore devant le Conseil de Discipline de la compagnie Tassili Airlines, a-t-on encore appris de plusieurs sources locales. Les deux pilotes risquent la perte de leur licence et des poursuites judiciaires pour avoir simulé un faux détournement qui a mis en alerte tous les services de sécurité.

Pour l’heure, le comportement de ces pilotes risquent mystérieux et personne n’a compris encore les motifs qui ont incité le commandant de bord et son copilote à déclencher toute une vague de frayeur. Mais selon plusieurs sources, les deux pilotes souffriraient de “problèmes psychologiques”. Le pilote de ligne, expert judiciaire et enquêteur sur les accidents et incidents aérien, Benzerroug Mohamed Redouane a confirmé cette thèse à Algériepart.

“Le commandant de bord de l’appareil dérouté a menacé de s’immoler devant le siège de la direction générale de Tassili Airlines en 2011”, révèle enfin notre interlocuteur selon lequel la santé psychologique de ce pilote est remise en cause et peut expliquer l’incroyable mésaventure qui a eu lieu sur le vol Alger-Tlemcen. Rappelons enfin que ce commandant de bord incriminé pour faux détournement d’avion est également le… Directeur de formation de toute la compagnie Tassili Airlines.

La compagnie aérienne, filiale du groupe Sonatrach, refuse toujours de s’exprimer et ne fournit aucune information sur cet incident qui soulève de nombreuses interrogations.