Dans le cadre des contrôles que les autorités veulent assurer sur les mosquées et les lieux de Culte, le ministère des Affaires Religieuses se dirigent vers l’interdiction des prières organisées dans des mosquées non-achevées.

L’information, donnée  par plusieurs sources concordantes, a valeur d’une bombe. Elle confirme que les autorités ont enfin décidé de prendre le taureau par les cornes. A commencer par la volonté de s’attaquer aux niches qui restent encore entre les mains des intégristes car, souvent, c’est dans ces endroits que se cachent les diables qui veulent semer la haine au sein de la société.

Selon des informations provenant des cadres du secteur, l’Algérie compte près de 32 000 mosquées. Seules 17000 d’entre elles sont achevées. Ce qui signifie qu’au moins 12000 d’entre elles ne sont pas terminées. Ce qui ouvre la voie à de nombreux dépassements que les autorités ne peuvent contrôler. C’est dans ces mosquées qu’agissent des imams autoproclamés et s’autorisent toutes sortes de dérives.