Du nouveau pour les banques algériennes et leurs clients. A partir de ce mardi 10 octobre, les banques en Algérie sont autorisées vendre de la devise directement à leurs clients et à accorder des prêts en devises. 

Il s’agit, en effet, du règlement de la Banque d’Algérie relatif au marché interbancaire des changes et aux instruments de couverture du risque de change dans les opérations du commerce extérieur qui a été publié  officiellement au Journal officiel no 55.

Ce nouveau règlement permet à la Banque d’Algérie d’instituer “un marché interbancaire des changes dans lequel les banques et les établissements financiers, en tant qu’intermédiaires agréés, interviennent dans le cadre d’un dispositif décentralisé”, explique le texte publié par le Journal Officiel.

En vérité, les banques algériennes disposeront ainsi d’intermédiaires agrées qui seront autorisés à conclure entre eux et avec leur clientèle, des transactions d’achat et de devises contre dinar. “Ces intermédiaires agréés sont autorisés à prendre des dépôts en devises de la clientèle et accorder à cette dernière des prêts en devises”, explique-t-on encore en précisant qu’ils peuvent aussi conclure entre eux, sur le marché interbancaire des changes, pour leur propre compte ou pour le compte de leur clientèle des transactions de change au comptant et à terme, ainsi que des opérations de trésorerie devises, et effectuer des opérations de change au comptant avec des banques non résidentes.

Selon le même texte, la Banque d’Algérie laisse à la disposition des intermédiaires agréées certaines catégories de ressources en devises. Mais en contrepartie, ces intermédiaires doivent les utiliser pour assurer la liquidité du marché interbancaire ou la couverture des engagements envers l’étranger contractés par eux-mêmes ou par leur clientèle.

Avec ce nouveau règlement, les autorités algériennes envisagent de contrer les effets destructeurs de la dévaluation de la monnaie nationale, le dinar, qui a perdu près de 30 à 40 % de sa valeur entre 2015 et 2017. Avec ce nouveau règlement, les importations algériennes seront des opérations moins risquées et moins exposées à une nouvelle chute de la valeur du dinar surtout dans le sillage de l’émission de nouveaux billets de banque dans le cadre de la planche à billets.