Les réserves de pétrole et de gaz de l’Algérie ne lui suffiront plus à l’avenir. Et pour cause, le tiers de la production (gaz, pétrole, essence, gasoil et gaz naturel) est consommé en interne en Algérie. “L’autre tiers est exporté et le dernier tiers est réinjecté pour maintenir les puits en pression”, a expliqué à ce propos le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni. 

“Si on continue à consommer sans penser à augmenter nos capacités de production, d’ici 2025 toute notre production sera destinée à la consommation nationale”, a averti encore Mustapha Guitouni. Le ministre de l’Energie a fait savoir dans ce contexte que notre pays n’a plus le choix : il doit exploiter ses réserves de gaz de schiste.

“L’exploitation du gaz de schiste offre à l’Algérie l’opportunité d’augmenter sa production pour honorer ses engagements nationaux et internationaux”, a indiqué à ce sujet le ministre de l’Energie selon lequel les autorités vont lancer un plan de communication “soutenu” en direction de la population pour lui fournir toutes les explications nécessaires concernant l’exploitation de cette énergie non conventionnelle. “Le recours à l’exploitation au gaz de schiste, prévu dans le cadre de la politique gouvernementale de diversification des sources d’énergie, ne se fera pas au détriment de la santé de la population”, a-t-il enfin tenté de rassurer.