Après une absence dans le classement à l’internationale, les universités algériennes ne parviennent même pas à se hisser parmi les universités les plus prestigieuses d’Afrique. Selon un classement de l’uniRak, un annuaire qui passe en revue les Universités et Collèges accréditées à travers le monde, la première université algérienne, à savoir celle de Ouargla, n’est classée que 49ème sur l’échelle africaine. Mais elle n’a aucune place sur le classement mondial.

Parmi les universités africaines, celles d’Afrique du Sud occupent les 8 premières loges. L’université américaine du Caire est classée 11ème.

Parmi les 200 « meilleures universités africaines », on peut trouver tout de même 26 institutions algériennes. Il s’agit notamment de l’Université Kasdi-Merbah de Ouargla (49ème en Afrique), l’université Aboubakr Belkaïd de Tlemcen (51), l’Université Mentouri de Constantine (59). Parmi les critères retenus,  il est question notamment du nombre de publications scientifiques et des thèses soutenues.

Il faut aussi que l’université (ou l’institut) soit officiellement reconnu, autorisée et /ou accréditée par des organismes nationaux ou régionaux comme les Ministres d’Enseignement supérieur, ou des organisations selon la législation du pays. Qu’elle ait officiellement le droit de délivrer des diplômes au moins de quatre ans, comme des Licences, des Masters et des Doctorats. Enfin, ces établissements doivent fournir des cours d’enseignement supérieur principalement sous une forme traditionnelle, c’est-à-dire magistraux, avec des infrastructures sur place.