Entre la période de 1998 à 2008, un peu plus de 675 000 personnes ont effectué un mouvement de wilaya à wilaya en Algérie. Ce chiffre reflète les déplacements des populations qui ont changé de wilaya de résidence durant cette même période. Un rapport du Conseil national économique et social (Cnes) traitant de cette question nous dévoile les wilayas qui ont attiré le plus les Algériens et celles, au contraire, qui ont fait fuir nos compatriotes.  

En somme, d’après cette source, 12 wilayas se sont distinguées entre 1998 et 2008 par les mouvements de leurs populations. Les données récoltées par les enquêteurs du CNES ont démontré que quatre wilayas sont devenues attractives : Adrar, Chlef, Alger et Guelma. Ces wilayas ont accueilli de nombreux algériens qui ont quitté leurs régions natales pour s’installer dans ses wilayas.

En revanche, pas moins de huit wilayas sont devenues répulsives après avoir été
des wilayas attractives durant la période 1987-98, une période durant laquelle 938.000 personnes ont changé leur lieu de résidence. Et les wilayas qui ont connu les plus importants déplacements de leurs populations sont : Béjaia, Tiaret, Tizi-ouzou, Djelfa, Sétif, Al-Bayedh, Khenchela et Mila.

Les Algériens ont été contraints de quitter ces wilayas pour des raisons liées essentiellement à l’emploi, au logement et l’accès aux services publics.