C’est le scandale de l’année ! La notaire oranaise Mouafki. F, en détention depuis mars dernier, a causé des dégâts évaluées par des sources judiciaires à 1000 milliards de centimes, soit près de 100 millions d’euros, a appris Algériepart suite à ses investigations. Celle que l’on prénomme aujourd’hui la “Madoff Algérienne” a dérobé toutes ces sommes pendant au moins 7 ans avec la complicité de plusieurs agents et responsables de l’administration publique, comme il a été révélé par Algériepart dans une précédente enquête. 

1000 milliards de centimes, c’est la somme totale de toutes les taxes et droits qui devaient être reversés au Trésor public à la suite de la conclusion de plusieurs importantes transactions immobilières au niveau du cabinet de cette notaire scélérate. Cette dernière a organisé un vaste trafic pendant pas moins de 7 ans. Un trafic consistant à subtiliser les droits d’enregistrement des actes de vente des propriétés immobilières réalisés par son cabinet.

Mouafki. F disposait de plusieurs complices au niveau la direction de la conservation foncière qui lui permettaient de réussir sa combine et de tromper ses clients. Elle produisait ainsi de faux documents démontrant soi-disant la publication des actes de vente au niveau de la conservation foncière et le paiement des taxes et impôts liés à la transaction de vente.

Il faut savoir qu’en Algérie, le droit d’enregistrement est à la fois une formalité et un impôt.
Cet impôt comprend la valeur vénale réelle d’un bien à l’occasion des mutations des propriétés (vente d’immeubles, donation, partage, mutation par décès…). Les taux de cet impôt varient selon les cas entre 0,5 et 5%. Les actes portant acquisition de biens immeubles à usage d’habitation, sont soumis à un droit d’enregistrement fixé à 5% du prix mentionné dans l’acte ou la valeur vénale réelle du bien.

La notaire Mouafki F. a donc mis en place une énorme escroquerie pour détourner les montants de ces impôts et taxes. Une escroquerie qui a duré donc 7 ans et des dizaines, voire des centaines de clients ont été abusés et arnaqués. Il aura fallu début 2017 lorsqu’un Algérien établi à l’étranger procède à l’achat d’un restaurant, hôtel-cabaret à Aïn El Türck, la station balnéaire la plus courue et prisée à Oran. Le coût de cette transaction immobilière atteint les 73 milliards de centimes. Or, la notaire indélicate Mouafki M. ne va verser aucun centime à l’Etat et détournera près de 11 milliards de centimes au lieu de les remettre au Trésor Public.

Pendant  7 ans, cette notaire avait pour habitude de réaliser de pareilles escroqueries dans toutes les affaires qui tombaient entre ses mains. Mais ce jour-là, cet Algérien éveillé a fait preuve de vigilance et décide de déposer plainte. Et depuis ce scandale ne cesse de connaître d’incroyables rebondissements. Chaque jour, des victimes apparaissent et se présentent aux services de sécurité qui font des découvertes hallucinantes sur le “business” de cette notaire. Une “Madoff” qui n’aurait jamais opéré seule et sans protection en haut lieu pour réussir ses manœuvres malhonnêtes. Algériepart reviendra sur ce dossier avec de nouvelles révélations dans ses prochaines publications.