Les données fournies par le ministère de l’Intérieur à propos des candidats aux élections locales sont étonnantes. En plus de la multiplication des listes indépendantes, les dossiers déposés au niveau des administrations renseignent sur une faible représentativité des candidats ayant un niveau universitaires.

Plus globalement, le nombre de candidats aux élections locales a atteint 165.000, dont 51,5 % sont âgés de moins de 40 ans, 4,5% âgés de plus de 60 ans, 25% ont un niveau universitaire, 59% ont un niveau secondaire et 16% ont un niveau primaire, tandis que le nombre de candidates à cette échéance électorale a atteint 18% , a indiqué Salah Edine Dahmoune, secrétaire général du ministère de l’intérieur lors d’une conférence de presse animée lundi soir. Parmi les 16.600 candidats pour les élections des assemblées populaires de wilaya seuls 34,5% ont un niveau universitaire, 52,5 ont un niveau secondaire et 13 % ont un niveau primaire, a ajouté le même responsable.

S’agissant des alliances en lice pour les prochaines élections locales   (APC et APW), le même responsable a indiqué que ses services ont enregistré “4 alliances”. Il s’agit de l’alliance El Feth regroupant 5 partis “Parti   national algérien , Parti patriotique libre , Mouvement des citoyens   libres, Front national pour la Justice sociale et le Front du militantisme   national”, de l’Alliance El Binaa qui regroupe 3 partis “Mouvement   En-Nahda, Front de la justice et du développement et le Mouvement El   Binaa”,de l’Alliance El Fadjr (Front de l’Algérie nouvelle et Parti El   Fadjr El Djadid), et de l’Alliance Tadj (Front des jeunes démocrates, Parti   Ennour El Djazairi, Rassemblement national républicain et Tajamou Amel Al   Djazair).