Au moment où le chômage touche plus de 12% de la population et près de 30% des jeunes, des milliers d’offres d’emplois sont sans prétendants. C’est le cas des métiers liés à l’Agriculture que les jeunes boudent.

L’information donnée dimanche par le ministre de la Formation professionnelle, Mohamed Mebarki, a de quoi faire réfléchir. Plus de 600 000 emplois dans le domaine agricole ne trouvent pas de prétendants. L’information a été donnée lors que le ministre a inspecté un centre de formation pour les métiers de l’Agriculture, situé dans la wilaya de Ain-Defla.

Mohamed Mebarki a appelé, à l’occasion, les jeunes à investir ce créneau. «Il est absolument nécessaire que les jeunes optent pour des créneaux qui offrent des opportunités d’emploi », affirmant que « la terre constitue la seule entité qui donne sans compter mais à condition d’en prendre soin».

Le boycott des métiers de l’Agriculture est justifié par les jeunes par la pénibilité. Or, l’argument « ne tient pas la route car la  mécanisation du travail agricole a soulagé les agriculteurs, leur épargnant les difficultés auxquelles étaient confrontés leurs aïeux par le passé »,  a fait remarquer le ministre.

Cela démontre qu’avec un peu plus de sensibilisation, des milliers de jeunes peuvent trouver de l’emploi. La même situation se trouve également dans le domaine du bâtiment et des travaux publics où durant des années, des milliers de postes d’emplois vacants attendaient désespérément des travailleurs !