Du nouveau dans l’affaire du Port d’Oran à laquelle Algériepart a consacré plusieurs de ses enquêtes. 

Le Procureur de la République près du tribunal de la Cité Djamel à Oran a fini par transmettre en date du 31/07/2017 le dossier concernant l’affaire de faux et d’usage de faux en facturation et trafic d’influence à la Juge d’instruction de la sixième chambre après une étude du dossier qui a duré plus de neuf mois, à savoir depuis le 04/10/2016.

Pour rappel, tout a commencé suite à la réception de la part de la brigade de recherche de la gendarmerie nationale d’une enquête préliminaire sur l’affaire de l’ETRHB de Ali HADDAD et le Port d’Oran que nous avions publié il y a de cela quelques semaines. Depuis le 18 de ce mois de septembre, certains inculpés dans ce dossier ont été entendus par la juge de la sixième chambre.

Hier mercredi, c’était le tour d’Amrane Madjid ainsi que deux autres personnes, cadres et employés du port d’Oran. La juge a renvoyé les autres personnes impliquées au 9 du mois d’octobre prochain. Il y a lieu de noter qu’il n’a été procédé à aucune présentation de parties devant le parquet. Ce qui a évité ainsi un éventuel placement sous mandat de dépôt.

Le plus surprenant dans cette affaire est que l’ouverture de cette instruction s’est opérée sans l’audition du principal témoin et dénonciateur de cette affaire, à savoir Mr Tounsi Noureddine, anciennement cadre responsable du département commercial au sein du port d’Oran.

Algériepart suivra de près ce dossier et s’engage à poursuivre encore ses investigations.