Après des mois de calvaire, l’ambassade de France à Alger semble avoir identifié les raisons des blocages enregistrés lors des demandes de visas. Selon l’ambassadeur de France à Alger, Xavier Driancourt, près de 40% des demandes sont « détournées » par des personnes qui reprogramment les rendez-vous moyennant de l’argent.

L’ambassadeur, qui a rencontré des journalistes mercredi, a précisé que les rendez-vous proposés par  TLS-contact (sous-traitant de l’ambassade de France pour l’étude des dossiers de visas) ont tous été réservés par des demandeurs jusqu’au 31 janvier 2018, ce qui représente « près de 130 000 rendez-vous bloqués, dont une partie importante a certainement été réservée par des intermédiaires   indélicats ».

Il a imputé cette situation de blocage à « des intermédiaires indélicats qui réservent des rendez-vous auprès de TLS-contact pour en tirer un bénéfice indu auprès des demandeurs », précisant, à titre d’exemple, que pour la journée du 17 septembre 2017, les consulats français (Alger, Oran et Annaba) ont enregistré une moyenne de 40% de rendez-vous annulés pour non-présentation des demandeurs.

Pour palier à cette situation, l’ambassade a pris « des mesures d’urgence ». « Depuis le 17 septembre 2017, plusieurs centaines de créneaux journaliers ont été ouverts au public afin de prendre un rendez-vous dans un délai de 15 jours », a expliqué l’ambassadeur, soulignant que « ce système sera pérennisé et des créneaux supplémentaires seront ouverts chaque semaine pour permettre à d’autres demandeurs de prendre rendez-vous ».

Le contrat qui lie l’ambassade de France à TLS Contact expire le 31 mars prochain. Les autorités françaises ont émis un appel à consultation pour rechercher un nouveau partenaire.

Jusqu’au 31 août, les consulats de France ont reçu 417000 demandes de visas. En 2016, 410000 Algériens avaient reçu l’autorisation d’entrer en France.