Au sud du pays, sur le champ pétrolifère de Rhourde El Baguel, situé dans les environs de Hassi Messaoud, des jeunes ingénieurs de Sonatrach ont réussi un immense défi : mettre au point un nouveau procédé permettant de récupérer les gaz associés qui se perdaient auparavant en gaz torchés.

Selon des sources proches de la direction générale de Sonatrach, ce sont des jeunes ingénieurs qui travaillent à Rhourde El Baguel qui ont étudié pendant longtemps la possibilité de trouver le moyen de récupérer ses gaz pour les exploiter industriellement et économiquement.

Et après beaucoup d’abnégation, les ingénieurs de Sonatrach ont mis au point un nouveau procédé  qui permettra de destiner à l’exportation 6 millions de m3 sur les 17 millions de m3 de gaz torchés récupérés quotidiennement à l’installation de Rhourd El Baguel, tandis que les 11 millions de m3 restants seront réinjectés dans le gisement en vue de booster la production.

Le PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a affiché sa fierté et sa satisfaction à la suite de la réussite de cette opération inédite dans l’histoire de notre pays. Selon M. Ould Keddour, cette technique permettra à l’Algérie d’avoir un volume supplémentaire de 3 à 4 milliards de m3 de gaz à exporter annuellement. L’initiative de Rhourd El Baguel est le premier exemple, a noté encore le PDG de Sonatrach qui a fait savoir que la compagnie avait déjà entamé un deuxième projet à Hassi messaoud et un troisième à Rhourd Ennous.

“J’espère qu’une telle initiative va faire effet de boule de neige et que cet effort de créativité se développe au sein de toutes les structures de Sonatrach”, a confié, par la suite, Abdelmoumen Ould Kaddour selon lequel “quand on laisse les jeunes et notre savoir-faire algérien s’exprimer, il y a des résultats”. “Il n’y a pas de raison pour que l’Algérien à l’étranger puisse produire des choses et qu’il ne puisse pas le faire en Algérie”, a-t-il conclu en dernier lieu.