Nouveau cafouillage entre les institutions de l’Etat. Alors que le ministère du Travail et de la Sécurité sociale a décrété le jeudi 22 septembre comme premier jour de l’année musulmane (hégire), Mouharram, le ministère des Affaires religieuses et des Waqfs, dément avoir fixé la date !

Dans un communiqué rendu public lundi, le ministère du Travail a annoncé que «la journée du vendredi 22 septembre 2017,   coïncidant avec le 1er jour de l’an de l’hégire 1439 sera chômée et payée pour l’ensemble des personnels des institutions et administrations   publiques ». Une annonce qui signifie que le premier jour de l’hégire interviendra à cette année.

Or, le ministère des Affaires Religieuses et des Waqfs conteste cette date. Sur sa page Facebook, le département de Mohamed Aïssa indique qu’aucune date n’a été fixée. Plus que cela, le ministère des Cultes précise que seule la commission de l’observance des croissants et des fêtes légales est habilité à fixer une date pour une fête religieuse. Cela n’a pas été fait ! Le département précise que les commissions de wilaya vont remettre leurs remarques mercredi soir. Autrement dit, on ne connaîtra l’avis de ces religieux que le mercredi soir.

Qui va trancher ? Qui aura le dernier mot, les « religieux » ou les bureaucrates du ministère du Travail ?  Une chose est sûre : ces contradictions ne font qu’aggraver la défiance que nourrissent les citoyens des autorités !