Nouvelle polémique autour de la “décence vestimentaire” au sein des institutions algériennes. Cette fois-ci, c’est la faculté de droit de l’université d’Alger qui part en guerre contre les “jupes courtes et pantalons serrés” des jeunes étudiantes. 

Cette faculté a rendu public une note où elle appelle ses étudiantes à “respecter nos traditions et nos us” en s’abstenant de porter des “jupes courtes ou des pantalons serrés” au sein de cet établissement universitaire. Cette instruction qui entrera en vigueur à partir du 23 septembre prochain a suscité un tollé sur les réseaux sociaux. Les partisans et opposants de cette nouvelle directive s’entre-déchirent dans d’interminables polémiques.

Pour les uns, cette instruction est totalement légitime car elle impose le respect de la moralité religieuse dans les université. Pour les autres, c’est une atteinte ridicule aux libertés publiques. Quoi qu’il en soit, le corps de la femme continue de susciter un débat maladif dans notre pays démontrant ainsi que notre société entretient des rapports archaïques avec le désir et la féminité. Les tenues vestimentaires des femmes Algériennes n’en finissent jamais de susciter des polémiques répétitives.

Signalons enfin que toutes nos tentatives de joindre la direction de la faculté de Droit de l’université d’Alger n’ont pas abouti. Et au ministère de l’Enseignement Supérieur, aucun interlocuteur n’a souhaité réagir à cette polémique qui ne cesse d’enfler.