L’atmosphère est électrique au sein de la Cour d’Oran. Algériepart a appris suite à nos investigations. Deux juges d’instruction viennent d’être “sanctionnés” et mutés suite à leur conflit ouvert avec le Président de la Cour d’Oran, Medjati Ahmed. 

Le juge Brahim Laïbi a été bel et bien muté au niveau du tribunal d’El-Amira. Et le juge Benrahma a, quant à lui, été muté au tribunal de Hammam Bouhadjar. Ces deux juges entretenaient de très mauvaises relations avec le Président de la Cour d’Oran en raison de plusieurs différends concernant la gestion judiciaire de certains scandales ayant ébranlé l’Oranie. Selon nos informations, ces deux juges ont même adressé un courrier confidentiel au ministre de la Justice, Tayeb Louh, pour lui demander d’intervenir et de stopper les agissements suspects de Medjati Ahmed.

Une véritable guerre de clans a opposé ses deux juges au Président de la Cour d’Oran. Une guerre qui a été aggravée par l’implication de  Merdaoui Abdelhakim, juge à la cinquième Chambre du tribunal d’Oran. Ce dernier aurait pactisé avec Medjati Ahmed contre ses adversaires. Mais, selon nos recherches, les rapports entre les deux hommes se détériorent et compliquent de jour en jour. Ces tensions entre les magistrats ont pris une dimension inquiétante depuis l’éclatement du scandale de la juge Gharbi Mokhtaria. Une affaire sur laquelle Algériepart a consacré plusieurs publications. A Oran, il ne reste qu’une seule certitude : la justice ne sort pas grandie de toutes ces affaires.