Mokhtaria Gharbi, la juge et président du pôle pénal spécialisé à la Cour d’Oran, continue de défrayer la chronique. Après avoir été placée sous contrôle judiciaire pour “corruption” et “trafic d’influence”, cette juge vient de déposer plainte contre le cyber-activiste Amir.dz, originaire de Tiaret, mais exilé depuis des années en Europe où il séjourne entre la France et l’Allemagne. 

Selon les informations obtenues par la Rédaction d’Algériepart, la juge embourbée dans un scandale de corruption, accuse à son tour Amir.dz de porter un préjudice moral à sa personne. Et pourtant, ce dernier n’a fait que publier les photos et documents démontrant la relation douteuse entre cette juge et des commerçants véreux spécialisés dans le commerce des cuisines et meubles à Oran.

Pour rappel, Amir.dz s’est expliqué sur Algériepart au sujet des informations et preuves dévoilées sur sa page Facebook au sujet des agissements “mafieux” de cette juge controversée. Cette plainte risque d’être instrumentalisée par le pouvoir politique dans l’optique de se venger contre un cyber-activiste qui dérange en raison de sa popularité grandissante sur les réseaux sociaux.