L’Algérie vient de désigner Mr Abdelkader Mesdoua, ambassadeur de l’Etat Algérien à Paris. La presse algérienne avait largement donné le portrait du nouvel ambassadeur d’Algérie, mais elle était presque unanime pour dire, malgré une longue carrière en tant que diplomate, qu’il était peu connu.
Ce proche collaborateur d’Abdelkader Messahel, le Ministre des affaires étrangères, avait déjà servi comme ambassadeur en Serbie et au Nigéria. Si Mr Abdelkader Mesdoua est assez peu connu, ce n’est guère le cas de son fils Imad Mesdoua.
Un ancien agent de la CIA comme collègue  
En effet, Imad est journaliste-enquêteur et consultant en analyse de risques politiques spécialisé dans les affaires africaines. Il a travaillé à Londres, entre mars 2012 et Septembre 2013, au sein de Pasco Risk Management, une société Sud-Africaine qui propose des services et conseils pour prévenir les risques dans le développement d’entreprises dans les pays émergents, et ce en qualité d’Analyste politique.
En Octobre 2013 toujours à Londres, il rejoint en qualité d’enquêteur le Groupe Mintz, dont l’activité est clairement liée aux services d’enquêtes diverses pour le compte d’Etats et d’entreprises. Nous retrouvons au sein de ce groupe et parmi les collègues d’Imad Mesdoua, Randal Phillips, un agent de la CIA durant 28 années, ayant opéré en chine en tant que chef d’antenne de l’agence CIA comme il est expliqué sur les liens suivants : https://mintzgroup.com/contact-us/people/person/randal-phillips/
Imad quitte cette entreprise en Septembre 2014 pour rejoindre la compagnie Africa Matters Limited (AML), en tant que senior Manager. L’entreprise AML a été fondée par la Baronne Lynda Chalker, membre du parlement britannique et ancienne ministre anglaise du développement étranger et de l’Afrique. Il s’agit là également d’une compagnie de conseils en risque management spécialisée en politique, en affaires, et évolutions sociales dans les pays africains.
A ses côtés, nous retrouverons : Héléne Raiga-Clémenceau spécialisée dans le domaine de l’Energie et des Hydrocarbures en Afrique du Nord et Afrique francophone et qui a travaillé au sein du ministère de la défense français comme il est indiqué sur ce lien : http://africamatters.com/people/ 
Dans une société créée par un officier de l’armée britannique
En Janvier 2017, Le fils d’Abdelkader Mesdoua rejoint la société Control Risks, en qualité de consultant Sénior pour l’Afrique. Control Risks est un des leaders mondiaux de la gestion des risques globaux : politiques, sécuritaires, stratégiques et d’intégrité. Control Risks fournit aux équipes dirigeantes (directions générales, juridiques, stratégiques, financières, développement…) une assistance opérationnelle et stratégique pour identifier anticiper, réduire et gérer les obstacles potentiels à toutes opérations et transactions.
Cette société a été créée en 1975 par un officier de l’armée britannique et a passé un contrat avec le gouvernement britannique pour la sécurité en Irak en 2008, en Algérie également pour la sécurisation des installations pétrolières comme il est noté sur ce lien :
Les accusations de la presse nigériane 
La presse Nigériane a publié des articles détaillés accusant Imad Mesdoua d’être un agent inflitré des services de sécurité anglais et qui aurait espionné le gouvernement du président Buhari avec lequel il entretiendrait d’excellentes relations.
Une enquête aurait été initiée par les services de sécurité du Nigeria à l’encontre des activités d’Imad Mesdoua selon la presse à Abuja, qui soupçonne que des informations secrètes auraient pu être divulguées lors d’entretiens entre Imad Mesdou et le président du Nigeria car ses interlocuteurs ignoraient ses relations avec les services de sécurité dans ses différentes positions.
Il est vrai que le parcours d’Imad Mesdoua et sa présence en tant que témoin expert de sessions parlementaires auprès de la chambre des communes et des Lords du Royaume Uni en 2015 peut prêter à équivoque. En dépit de toutes ces informations très troublantes, les autorités politiques algériennes ne semblent pas avoir demandé aucune explication à notre nouvel ambassadeur à Paris. Un silence étrange et intriguant qui ne peut que susciter des suspicions.