Branle-bas-de combat dans le secteur de la communication et la production audiovisuelle. Pas moins de  60 employés et collaborateurs ont été privés de leurs rétributions financières à cause  d’Ahmed Mazouz, le milliardaire détenteur de la célèbre marque d’eau fruitée N’Gaous, et de son fils, Naim Mazouz. 

L’oligarque, l’un des hommes les plus riches en Algérie, et son fils ont refusé d’honorer leurs engagements contractés auprès d’une agence de production privée qui a été chargée de leur concevoir pas moins de 3 spots publicitaires, a-t-on appris de plusieurs sources concordantes. La réalisation de ces spots publicitaires s’est étalée sur une période de 3 mois et a nécessité la mobilisation de pas moins de 60 techniciens et comédiens.

Le groupe Mazouz devait verser près de 3,5 millions de Da à cette agence de production qui s’est chargée de la réalisation de ces spots. Malheureusement, le patron du groupe et son fils ont refusé de s’acquitter de cette somme plongeant ainsi les responsables et les collaborateurs de cette agence dans une véritable disette financière. “Nous n’avons pas pu payer les cachets de toutes les personnes qui ont travaillé avec nous. En ces temps durs, ces personnes souffrent aujourd’hui d’une véritable précarité”, s’indigne un des responsables de cette agende ce production qui accuse Ahmed Mazouz et son fils de mettre en péril la dignité de plusieurs familles à cause de leur comportement méprisant.

Un comportement qui a choqué et indigné également de nombreux acteurs de la production audiovisuelle en Algérie, un secteur souffrant d’une grave crise en raison des défauts de paiement de plusieurs annonceurs algériens.